Convention Collective 66

Défendons tous ensemble la 66

COLLECTIF TREIZE EN COLERE

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 14 FEVRIER 2009 EN VUE DE LA CREATION ET DE L’ORGANISATION DU COLLECTIF DES BOUCHES DU RHONE.

71 personnes étaient présentes à cette réunion. Dans un premier temps, nous avons donné un nom à ce collectif :

« COLLECTIF TREIZE EN COLERE » des travailleurs et étudiants du secteur social pour la défense de la convention du 15 mars 1966, mais pas seulement….

Quatre points essentiels ont été abordés au cours de cette réunion :

INFORMER Beaucoup d’institutions du secteur social dépendant de la CC66 sont isolées. Elles ne sont pas au courant de l’intention des syndicats employeurs de démanteler une convention qui régit le droit des salariés depuis 44 ans. En s’attaquant à la convention, c’est un symbole fort qui est visé. Ce n’est qu’un début de ce qui attend la sphère sociale. Il y a là une volonté politique de l’état de rationnaliser le coût du social et de le mettre au pas d’une logique marchande (imposer le management, démarches qualité entreprise…)

ELARGIR Il a été évoqué la nécessité d’élargir notre champ d’action vers des salariés et étudiants du social n’étant pas forcement des travailleurs de la CC 66. Ils sont déjà victimes du démentellement de leur convention (51, croix rouge, secteur d’animation des centre sociaux culturels…) et de la dégradation de leur condition de travail pour des salaires misérables ; cet élargissement nous implique dans la prise en compte globale de notre secteur vers une solidarité toujours plus grande.

ORGANISER Nous avons reparti certaines taches pour mettre en place les actions futures :

Une commission chargée des contacts avec la presse et la rédaction des communiqués via les medias. Céline , Thomas, Céline et Nathalie se sont proposés pour cette commission.

Une commission chargée de trouver une salle et d’organiser une demi-journée débat autour des enjeux et du devenir du secteur social à travers les changements à venir ; Manon et Bernard se sont proposés pour cette commission

Une commission chargée de rédiger des tracts concernant les revendications du collectif. Nelly, Bernard, et Aurélia, se sont proposés pour cette commission.

Une commission pour gérer le site du collectif pour taper les compte rendus, transmettre les infos, assurer le lien avec des partenaires associatifs et autres collectifs. Céline, Micheline, Katia, se propose pour cette commission

Une commission chargée de faire les achats ; Dorine et Ruben se sont proposés pour cette commission. Une cagnotte de 106 euros a été constituée le 14 février.

Les commissions ne sont pas figées et elles sont ouvertes à toutes les bonnes volontés.

AGIR = > Pas mal d’institutions ont rédigées un courrier au nom des salariés de l’entreprise, adressée à leur président d’association ; il leur est demandé de se positionner par rapport à leur syndicat dans la révision de la CC66. Vous trouverez ce modèle de lettre proposé par l’ADAP 13 sur le site TOUCHE PAS A LA 66 REGION : COLLECTIF TREIZE EN COLERE

=> Nous serons présents au rassemblement de mercredi 18 février pour soutenir les syndicats. Céline et Djamel représenteront le collectif TREIZE EN COLERE. Un lâcher de ballons portera des messages de nos revendications.

=> Un calendrier de réunion sera établit pour les semaines à venir en coordination avec les collègues de la maison des familles du Merlan afin d’élaborer les futures actions communes. (Dates à paraitre sur le site)

=> Propositions à mettre en place : Un grand pique nique contestataire dans un endroit stratégique à Marseille. Organiser un « DEAD’S » : occuper des sites ou administration en faisant les morts sans parler ni bouger…

Se rendre à Paris à l’initiative du collectif 93 qui souhaite organiser une coordination nationale des collectifs départementaux et une journée festive et active le 15 mars 2009 à Paris.

Un commentaire »

  1. organini dit :

    Voici le tract que nous avons rédigé et qui commence à circuler.
    Collectif 13, des travailleurs et étudiants du secteur social
    ASSEZ ! ILS ONT ECHOUE ! MAINTENANT ON VEUT AUTRE CHOSE !

    Dans tous les secteurs professionnels, depuis des années les ténors de la société du profit (des uns) et de la rentabilité (des autres) sont à l’offensive. Les revenus des actionnaires ne sont jamais assez haut et les conditions de travail et les rémunérations de ceux qui produisent la richesse sociale assez bas.
    Dans le secteur éducatif, médical et de l’action sociale les réductions drastiques de financement nous amènent à ne plus pouvoir assurer des services à la hauteur des exigences d’aujourd’hui et les employeurs s’attaquent maintenant aux acquis sociaux des salariés, garantis par des conventions collectives.

    Qu’est-ce que la convention collective 66 ?

    Elle est née le 15 mars 1966. C’est un texte de loi qui concerne bon nombre de travailleurs du secteur sanitaire et social, intervenant au près de personnes en difficulté : secteur de l’enfance, personne âgées dépendantes, personnes présentant un handicap, famille, mineur, sans domicile fixe, personne en réinsertion sociale etc.Une convention collective de travail est un accord entre des organisations d’employeurs et des syndicats de salariés reconnus. Pour une activité, elle encadre et règlemente les contrats de travail et leur exécution.
    Réforme de notre convention 66
    Les organisations patronales signataires de la convention collective de 66 dans le secteur social et médico-social veulent revenir sur des avantages en congés et protection maladie, comme si un peu plus de temps pour vivre et de moyens pour se soigner étaient des « privilèges » indécents. Les travailleurs/ses du secteur sanitaire et social (assistant social, éducateur de jeune enfant, éducateur de rue, éducateur technique spécialisé, éducateur spécialisé, aide médico-psychologique…mais aussi veilleur, secrétaire, cuisinier, agent d’entretien…) refusent unitairement et solidairement cette réforme !
    Pourquoi nous refusons tous cette réforme ?

    On en a assez de l’arrogance de ces accusateurs patronaux et étatiques qui dilapident des milliards à cause de leur incompétence, de leur irresponsabilité et qui viennent nous donner des leçons de rigueur et de transparence.
    Le soin, l’aide aux personnes en détresse n’est pas un service commercial réductible à son appréciation en termes de rentabilité. Avec l’obsession de « l’urgence », de moins en moins de moyens d’aider les plus vulnérables pourtant en augmentation constante, nous perdons notre estime professionnelle et la société toute entière perd son âme, la valeur de solidarité, qui est le sens même de vivre ensemble. Et cela pour quoi ? Pour le profit à court terme et la concurrence de chacun contre tous, «la société compétitive » chère à notre président, pour un monde fonctionnant comme une entreprise.

    Qu’est-ce qui est remis en cause ?

    - Plus de travail sans augmentation (suppression des congés trimestriels, d’ancienneté…)
    - Individualisation et remise en cause du salaire (par des missions effectuées ainsi que des degrés d’atteinte des objectifs de rentabilité) les salaires pourront varier en fonction du poste occupé et produire de la concurrence entre les salariés eux-mêmes.
    - Droit du travail (pas de reprise de l’ancienneté si changement d’établissement, instauration d’un service minimum en cas de grève…)
    - Conséquence sur les diplômes et métiers ( un niveau de diplôme professionnel ne représentera plus le paramètre d’embauche, le texte valorise comme critère d’embauche, l’expérience ou la compétence- nouvelles données non mesurables- des annexes s’ajoutent pour créer de nouvelles catégories de sous-emploi sans qualification…)

    Nous luttons contre la marchandisation de l’Action sociale, de l’éducation, de la santé et de la culture ! Nous voulons une société qui donne la priorité à la solidarité et à la coopération et non à la performance par la compétition, par la lutte des hommes les uns contre les autres.
    Avec les travailleurs de tous les secteurs d’activité nous disons que nous ne paierons pas les dégâts de la crise financière
    Arrêt de toutes les « réformes » remettant en cause les acquis sociaux !
    Arrêt de tous les licenciements ! Pas un chômeur de plus !
    Pour des services publics gratuits et de qualité !

    Nous appelons à la création partout de collectifs syndiqués, non-syndiqués (seul moyens de dépasser les divisions syndicales et de placer les syndicats au service des travailleurs en lutte et non l’inverse) pour élaborer, dans le débat démocratique, les contours d’une société plus juste et plus solidaire.

    Sur le tract il y a ensuite un dessin rigolo mais çà ne sort pas ici sur le format du blog

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Actions pour la Palestine à... |
Un autre monde est possible. |
l'oeil dans le pli |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | toutazimuths
| Colline des Funiculaires
| Réfléchir ensemble